Crédits : 47.80% des ménages endettés en 2018, crédits à la consommation en forte hausse

Crédits : 47.80% des ménages endettés en 2018, crédits à la consommation en forte hausse

La 31ème édition de l’Observatoire des Crédits aux Ménages fait le point sur l’endettement des ménages français. Si le marché des crédits immobiliers et des crédits à la consommation sont encore en forte hausse en 2018, le taux de ménages français endettés reste stable à 47.80%. Pointé du doigt par le HCSF, le fort endettement des ménages et des sociétés est un facteur de nouvelle crise financière, en cas de remontée des taux d’intérêts.

Entre surendettement des États et surendettement des ménages, tous les ingrédients pour une nouvelle crise financière semblent se mettre en place. Si le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) ne se veut pas alarmant, les constats sont sans appel : la France possède un taux d’endettement des agents privés non financiers (131% du PIB) aujourd’hui supérieur à la moyenne de la zone euro. Le HCSF une vigilance renforcée des risques de crédit pour les banques.

En 2018, stabilisation de la part des ménages détenant des crédits

Entre 2008 et 2016, le taux de détention des crédits par les ménages s’est fortement contracté. Il était descendu à 46,4 % en 2016, le niveau le plus bas que l’Observatoire des Crédits aux Ménages avait eu à connaître depuis la fin des années 80. Puis en 2017, le taux de détention s’est sensiblement redressé après trois années d’atonie de la demande de crédits, pour s’établir à 47,8 %. Il s’est stabilisé à ce niveau en 2018.

Taux de détention de crédits immobiliers en hausse

Le taux de détention des crédits immobiliers continue sa progression, pour s’établir à un bon niveau en 2018 à 31,4% (contre 30,8% en 2017), sous l’effet combiné d’un dynamisme de la demande et de conditions de crédits toujours très favorables de la part des banques et des autres organismes prêteurs. La part des ménages qui accède à la propriété progresse rapidement et atteint l’un des niveaux les plus élevés observés depuis le début des années 2000 (23,6%).

Taux d’intérêts bas, une bonne affaire en trompe l’œil...

Nouveau record du coût relatif des crédits immobiliers. Les Français n’ont jamais payé aussi cher leur financement immobilier, alors que les taux d’intérêts sont au plus bas. Les ménages font -ils vraiment les bons calculs ? Les taux d’intérêts restent encore bas, mais cela ne signifie pas pour autant qu’emprunter soit une bonne affaire. Loin de là. Le coût des crédits immobiliers ne cessent de grimper, car les emprunteurs acceptent de s’endetter sur des durées de plus en plus longues. Ainsi, le record du coût relatif des crédits immobiliers est à niveau historique.

Forte progression de souscriptions de crédits à la consommation

Le nombre de ménages ayant contracté un nouveau crédit à la consommation
(7,74 millions) a poursuivi sa progression : + 5,4 %, après + 5,5 % en 2017 (+ 43,2 % au total, entre 2014 et 2018). Le nombre de ménages concernés dépasse donc largement le niveau élevé constaté en 2007, juste avant que ne se déclenche la crise économique et financière internationale. En revanche, en dépit de l’amélioration des conditions de crédit faites aux nouveaux emprunteurs, le nombre de ménages ayant contracté un nouveau crédit immobilier en 2018 (1,21 million) a reculé de 4,9 %, après + 6,9 % en 2017 (+ 15,7 % au total, entre 2014 et 2018). Et au global, 8,55 millions de ménages ont contracté un nouveau crédit en 2018.

L’Observatoire des Crédits aux Ménages se base sur une enquête postale réalisée par TNS Sofres en novembre 2018 auprès de 13 000 ménages, avec un taux de réponse de 80 %.


Publié le lundi 4 février 2019, par FranceTransactions.com

Crédits : 47.80% des ménages endettés en 2018, crédits à la consommation en forte hausseCrédits : 47.80% des ménages endettés en 2018, crédits à la consommation en forte hausse : Articles à lire également

Néobanque : la carte bancaire Visa Premium d’Orange Bank commercialisée 7.99€ par mois
8 mars 2019

Annoncée depuis plusieurs mois, la nouvelle offre d’Orange Bank, portant sur une carte bancaire Visa Premium, assortie de multiples services : assurances annulation, assurances voyageurs, assurance décès, etc., avec des plafonds plus élevés qu’une carte bancaire classique. Orange Bank souhaite ainsi proposer un service bancaire de plus haut de gamme. A près de 8€/mois, soit 96€ par an, cette offre vise essentiellement les clients voyageant souvent à l’étranger, du fait des services inclus.


Banque : BNP Paribas Fortis va supprimer jusqu’à 2.500 postes sur 3 ans
1er mars 2019

Sale temps pour les banques. Après les annonces de suppression de postes à la Société Générale, chez BNP Paribas en France, au tour de BNP Paribas Fortis, première banque belge, de dévoiler son plan de réduction des coûts : jusquà 2.500 postes supprimés sur 3 ans. Aucun licenciement sec à priori...


Cryptomonnaies : les Facebook coins sur le marché avant l’été 2019, un pari risqué
28 février 2019

Créer une cryptomonnaie n’a rien de complexe, le plus difficile reste de convaincre les individus de l’utiliser. Une question de confiance. Les échecs de lancement de cryptomonnaies sont légion, près du tiers d’entre elles sont déjà mortes. Mais avec plus de 2,7 milliards d’utilisateurs revendiqués, la cryptomonnaie de Facebook a de bonnes chances de réussir son lancement, sauf en cas de piratage, évidemment.


Crédit Mutuel Arkéa : record de bénéfices en 2018
28 février 2019

Le groupe Crédit Mutuel Arkéa (fédérations de Bretagne, du Sud-Ouest, du Massif Central ainsi que d’une trentaine de filiales spécialisées dont Fortuneo, Max et Suravenir) continue de se développer fortement. Le résultat net part du groupe établit un nouveau record, à 437 M€, en hausse de 2,1 % par rapport à 2017 et de 30 % depuis deux ans.


La Banque Postale : après des résultats 2018 en demi-teinte (-5% vs 2017), une augmentation de capital devient nécessaire
27 février 2019

Comme toutes les banques, La Banque Postale a souffert de la chute des marchés financiers en fin d’année 2018. La faiblesse des taux d’intérêts aura fait le reste. Bilan, en 2018, son résultat net se contracte de 5%, à 726 millions d’euros. Rien de sévère, mais avec le développement de ses activités de crédits auprès des entreprises, la banque publique devrait nécessairement augmenter son capital afin de respecter les ratios de solvabilité imposés, et ce, dès 2019.


Banques d’investissements : suppression de postes à la Société Générale et chez BNP Paribas
25 février 2019

Après la publication de résultats financiers 2018 des banques, marquée par la sévère chute des marchés financiers en fin d’année 2018, les prochains mois risquent encore d’être noirs pour les salariés des banques. Si les bonus sur les activités de marchés seront orientés à la baisse, la situation pourrait être encore plus critique, car des suppressions de postes sont évoquées, restructurations obligent. Comment réaliser des économies supplémentaires, tout en s’adaptant aux évolutions des marchés financiers ? Les banques ont la réponse : suppression de postes.


Gel des tarifs bancaires 2019 : l’engagement pris par les banques a bien été respecté
25 février 2019

Aucune hausse de tarifs bancaires en 2019. C’était l’engagement pris par les banques en fin d’année 2018, sous l’impulsion de la demande du gouvernement. L’Observatoire des Tarifs Bancaires (OBT), publié par le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) la semaine dernière, confirme que l’engagement des banques a bien été tenu. Aucune hausse de tarifs bancaires, et les baisses annoncées ont été maintenues.


Néobanque : C-ZAM passe à l’offensive, primes de bienvenue de 8 à 80€, au hasard !
25 février 2019

Ce n’est pas par hasard que Carrefour Banque lance une offre calquée sur celles des banques en ligne. Avec une prime allant jusqu’à 80€, le compte courant C-ZAM entend bien jouer dans la même cour que ceux des banques en ligne. A un détail près. La prime de 80€ est aléatoire, les primes proposées sont de 8, 15, 30 ou 80€.


Ma banque peut-elle fermer mon compte courant sans mon accord ?
16 février 2019

Vous avez sans doute déjà entendu quelqu’un dans votre entourage s’étonner que sa banque a procédé à la clôture de son compte bancaire, sans son accord. Ce cas n’est effectivement pas rare. Votre banque peut fermer votre compte bancaire sans votre accord, et sans en vous donner le motif. Mais elle doit respecter une procédure pour le faire.


Open Banking : la révolution est en marche avec Yolt, mise à disposition de son API auprès des entreprises
15 février 2019

Les applications d’agrégation de comptes bancaires se sont multipliées ces dernières années. Gratuites pour la plupart, Yolt, pépite appartenant à ING, propose sa propre application d’agrégation des données bancaires. En annonçant la mise à disposition de son API auprès des entreprises européennes, Yolt bouscule ainsi largement le marché. L’agrégation de compte bancaires devenant un service de base proposé par l’ensemble des établissements financiers.